Donate Now Mobile Donation Download Form

Une étoile de l’optométrie en Afrique

Une étoile de l’optométrie en Afrique

L’école d’optométrie produit des diplômés exceptionnels.

Laston

 

 

Laston (ci-dessus) a cinq ans. Il est aveugle depuis la naissance en raison de cataractes bilatérales congénitales. En juillet de cette année, il a subi une intervention pour faire enlever ses cataractes et a reçu des implants chirurgicaux pour rétablir sa vue. Il est toujours en train d’apprendre à voir, comme en attestent ses yeux qui ont du mal à focaliser pendant l’examen de la vue réalisé par l’optométriste de la région, Fanizo Kabwazi. Comme pour bien d’autres personnes, le pronostic de Laston aurait été nettement meilleur s’il avait eu accès à des traitements plus tôt.Mais maintenant, il a des verres progressifs (+1,00 OU avec + 2,00 ADD en verres Transitions en polycarbonate). Grâce à ces lunettes et à la correction de sa vision, on espère que sa vue s'améliorera avec le temps.

 

L’optométriste de Laston a été l’un des premiers diplômés de la seule école d’optométrie du Malawi. Cette école a été établie à l’université de Mzuzu en 2009 grâce à l’aide d’Optometry Giving Sight, à son principal partenaire le Brien Holden Vision Institute et à Sightsavers. En ce moment, il travaille à la clinique de Mchinji, établie à titre de partenariat public-privé avec Essilor. Ce jour-là, le Dr Howard Purcell d’Essilor of America visitait la clinique, ce qui lui a permis de voir les conditions dans lesquelles le jeune optométriste travaille.

DrPurcellandFanizo

Le Dr Purcell (à gauche) a été impressionné par le sérieux et le dévouement de Fanizo (à droite) et par l’étendue des services qu’il doit offrir à sa clinique. À l’instar d’un grand nombre de ses collègues, Fanizo doit être en mesure de s’occuper de tout, sauf les chirurgies, et doit être capable de relever les nombreux défis inhérents à un pays en développement.

Cela comprend l’accès aux biens de consommation et à l’énergie électrique qui n’est pas fiable, l’absence d’air conditionné, l’entretien de l’équipement et même l’obtention de meubles de bureau.

Malgré les défis à relever au Malawi, il est clair que les choses sont en train de changer de manière durable dans le monde anciennement fragmenté de la formation et du service en soins de la vue.

 

Il existe maintenant 14 optométristes qualifiés dans le secteur public. Chacun des quatre hôpitaux tertiaires est doté d’un optométriste à plein temps, puis chacun des cinq hôpitaux de district est doté d’un optométriste diplômé de l’école d’optométrie de l’université de Mzuzu. Il s’agit là d’une bonne nouvelle pour un pays comptant huit millions de personnes, dont 53 % vivent en bas du seuil de pauvreté.

 

Les optométristes reçoivent l'aide de 18 techniciens et récents diplômés du collège des sciences de la santé du Malawi situé dans la capitale de Lilongwe. Seize de ces techniciens sont placés soit dans les hôpitaux tertiaires, soit dans les hôpitaux de district, tandis que les deux autres enseignent au collège.

 

Ce n’est pas difficile d’être touché et impressionné par les efforts du personnel, des diplômés qui prodiguent maintenant les soins de la vue fort nécessaires aux gens qui ne disposaient pas de ces soins auparavant, et des étudiants qui sont tellement heureux d’avoir la possibilité d’édifier et de façonner l’optométrie en tant que profession dans leur pays.

 

Pour reprendre les paroles d’Hilda Kazembe, directrice du Brien Holden Vision Institute au pays : « Ce projet porte fruits.Il est petit, mais il permet d’examiner les patients ». Optometry Giving Sight tient à remercier tous ses donateurs et commanditaires qui lui ont permis d’offrir de l’aide financière à cet important projet au cours des huit dernières années. Nous avons hâte de continuer d’aider les étudiants, les centres de la vue et la formation des enseignants de la région, tant à l’école d’optométrie qu’au collège.

TOP